Blog Lire - Voir

Lecture 2024

ZOUC par ZOUC – L’entretien avec Hervé Guibert – 1978 (version sans photo 2006 – L’Arbalète Gallimard) : un texte bouleversant chiné dans une librairie d’occasion de Bayonne le 2 janvier. Bien commencer l’année. Tous les thèmes de l’humoriste sont dans ce texte, alors qu’elle a débuté sa carrière d’humoriste récemment.

Agnès Varda par Laure ADLER – Gallimard 2023 : cette lecture complète merveilleusement ma visite de l’exposition de la cinémathèque et toute ma connaissance et passion de l’oeuvre de Varda. Une biographie très riche abondamment illustrée de photos légendées par Rosalie Varda.

Lettre ouverte aux pierres des poches de Virginia Woolf de Marceline ROUX – Le Réalgar – 2023 : VW encore et toujours ! Un ouvrage découvert grâce au visionnage d’une vidéo de François Bon NB : Série de lettres ouvertes d’une vingtaine de page publiée par les éditions le Réalgar.

Emmanuelle PAGANO – Lignes et fils Trilogie des rives 1

Hélène CIXOUS – Incendire Qu’est-ce qu’on emporte – Gallimard 2023 : Poursuite de la découverte de l’oeuvre de Cixous, découverte en 2023. Avec ce texte aller retour entre les grands incendies de la forêt de la Teste de Buch de l’été 2022 et les exterminations des juifs en 39-45.

mes amies, mes enfants, ma mère, me disent qu’on ne peut pas comparer l’extermination des arbres à l’extermination des juifs telle que la peint le grand Ringleblum, témoin des massacres des juifs du ghetto de Varsovie, dans le Brasier Nazi des années d’anéantissement

comme après le Grand Incendie de la Teste de Buch qui a mis en fumées noires et en cendres la plus millénaire la plus grande la plus vierge forêt d’Europe en ce fatal été 22, emportant dans la mort, sans autre tombeau que les vents océans, des centaines de milliers de créatures rôties vivantes, à peine les flammes hautes de cent mètres se sont lassées de leurs danses arrogantes, tandis que le sacrifice le plus spectaculaire jamais offert aux forces d’autodestruction exécutait son dernier acte / il ne restait plus rien qu’un récit

Après l’écoute de cette passionnante émission de la Comédie Française d’hommage à Colette, s’interroger. Reprendre ou ne pas reprendre la lecture de Colette ? Le noter-là pour garder cette idée en mémoire, et attraper dans ma bibliothèque un tome de l’oeuvre de Colette éditée à La Pléïade.

Colette FELLOUS – Le petit foulard de Marguerite D. – Gallimard 2022 – Folio : A partir d’entretiens de Colette Fellous sur Emily L. et d’un petit foulard léopard offert à MD. C’est un gouffre, Emily, m’a dit Marguerite, pour finir. Elle cache son amour. Elle sera morte sans rien en dire. Je crois qu’elle est avant tout un écrivain. Elle aime, elle écrit, dans une même démarche. Emily L., à travers ces mots, je la vois aujourd’hui comme le portrait même de Marguerite. Un gouffre. Qui cache son amour, qui est morte sans rien en dire. Elle est avant tout un écrivain. Elle a aimé, elle a écrit, dans une même démarche.

François BON – Prison – Verdier – 1997 : un livre dans ma bibliothèque, lu après avoir visionné cette vidéo de F BON (insérée ici pour la garder en mémoire).

Si Brulin – à peine croisé avant d’être assassiné dans un squat – est la figure en creux qui soutient le récit, elle laisse à d’autres la charge de dire le désarroi et la rage de ceux que notre monde rejette dès l’enfance aux bords des villes, et dont l’une des premières expériences de jeunesse est la prison.

Reçu (et lu), les quatres premiers tomes de ce projet génial, DIRE SON PEREC en 53 livres de 53 pages par 53 artistes, imaginé par les éditions l’oeil ébloui :

1. 50 choses qu’il ne faut tout de même pas oublier de faire avant de mourir, Jacques Bens & Georges Perec

2. Trajet Perec, Thierry Bodin-Hullin

3. L’espace commence ainsi, François Bon

4. Permutation, Yokna

MARS – AVRIL

En résonnance avec Lire son Perec, reprendre la lecture de lieux juste amorcée. En papier et en ligne : Lieux de Georges Perec | Texte intégral (seuil.com)

Une nuit au musée Picasso, sous l’œil de l’homme qui marche de Giacometti
Dans ce roman écologique et dystopique, Sophie Coiffier met en perspective, avec une ironie mordante, la société des loisirs qui s’est développée depuis les années 70 et qui participe au cataclysme climatique, à l’extinction du vivant dont nous prenons aujourd’hui la pleine mesure. L’Ire des marges

Roxana Crisólogo est une poétesse et traductrice péruvienne qui vit et travaille actuellement à Helsinki, en Finlande. Au début des années 1990, à Lima, Roxana Crisólogo fait partie des poètes qui participent au renouvellement de la poésie péruvienne, un renouvellement qui amènera une plus large présence de voix féminines et des classes populaires dans la poésie. Depuis, son œuvre poétique a gagné en reconnaissance, devenant l’une des références les plus importantes de la poésie péruvienne actuelle. Son dernier livre en espagnol s’intitule Dónde dejar tanto ruido (Álbum del Universo Bakterial, Lima 2023). Elle a aussi publié Kauneus (Intermezzo tropical, Lima 2021), Trenes (2010), Ludy D. (2006), entre autres. Une deuxième édition de Kauneus a été publiée à Buenos Aires en 2023 par Ediciones Nebliplateada et une troisième édition sera publiée par RIL editores en Espagne en 2024. Un jour je m’en irai sans rien emporter (Éditions KLAC 2024) est son premier livre traduit en français.

Pour sa sortie de résidence où elle lira des extraits de son nouveau texte poétique travaillé en résidence à la Villa Valmont, Roxana Crisologo sera accompagnée du musicien Phil Canals.

La lecture en espagnol sera traduite en français simultanément sur grand écran. 

Source Sortie de résidence de la poétesse péruvienne Roxana Crisólogo – Villa Valmont

Sophie COIFFIER – Tiroir central – Editions de l’Attente 2021

Sophie COIFFIER – Paysage zéro – Editions de l’Attente – 2017

Eric PESSAN – Un totem – Editions de l’Attente – 2023

Doris LESSING – c’est ainsi qu’un jeune noir du zimbabwe a volé un manuel de physique supérieure, suivi de doris lessing en Afrique de Alberto Manguel – L’Escampette éditions – Le cabinet de lecture collection dirigée par Alberto Manguel – 2010

Steve Wilifrid MONGUENGUI – Tu as fait de moi celui qui enjambe le monde – Editions du Mauconduit – 2023 : une belle découverte de cet auteur, marcheur, philosophe, arrivé en France à l’âge de 25 ans. Une écriture puissante et magnifique pour dire sa mère, sa Terre, le Gabon de l’enfance, l’exil… Une profondeur de pensée ! Merci, c’est important que cette voix se fasse entendre ici.

Marie ROUSSET : les carnets de Rima – Editions de l’Attente 2021

Catherine KOECKX – Dedans la ville – Les éditions Novellas – 2023 : Extrait 4e de couverture  » Recueil de textes qui explore la ville, sous ses aspects les plus divers et nous emmène sur des chemins inhabituels, du réel de l’imaginaire ».

Belinda CANNONE : Les vulnérables – Stock – Nouvelles – 2024

Jane SAUTIERE – Tout ce qui nous était à venir – Verticales 2024 – Un livre bouleversant ! « Il m’a semblé que vieillir n’était ni un naufrage, ni une performance à accomplir, mais le simple, délicat et doux refuge qu’il nous fallait construire. Une cathédrale de brindilles, ouvrage commun d’un « nous » qui nous tienne ensemble, parfaitement inclusif, hommes et femmes, attaché·e·s à cette œuvre ultime. Ici, pas de bilan, rien d’une vie n’est compté, pas même le temps, et la mélancolie elle-même finit par être suave. » J. S.

Sylvie GRACIA – Le livre des visages – éditions Jacqueline Chambon – 2012

Gros coup de coeur !!! Initialement posté sur Facebook en 2012 presque quotidiennement. Elle y parle écriture, petits évènements du quotidien, mémoire, corps, ville, politique. Tous ces événements de la vie d’une femme ancrée dans son époque. Toujours une photo accompagnée d’un texte, le 31 octobre elle poste une photo de nuages !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *