Lire - Voir

Lecture 2024

ZOUC par ZOUC – L’entretien avec Hervé Guibert – 1978 (version sans photo 2006 – L’Arbalète Gallimard) : un texte bouleversant chiné dans une librairie d’occasion de Bayonne le 2 janvier. Bien commencer l’année. Tous les thèmes de l’humoriste sont dans ce texte, alors qu’elle a débuté sa carrière d’humoriste récemment.

Agnès Varda par Laure ADLER – Gallimard 2023 : cette lecture complète merveilleusement ma visite de l’exposition de la cinémathèque et toute ma connaissance et passion de l’oeuvre de Varda. Une biographie très riche abondamment illustrée de photos légendées par Rosalie Varda.

Lettre ouverte aux pierres des poches de Virginia Woolf de Marceline ROUX – Le Réalgar – 2023 : VW encore et toujours ! Un ouvrage découvert grâce au visionnage d’une vidéo de François Bon NB : Série de lettres ouvertes d’une vingtaine de page publiée par les éditions le Réalgar.

Emmanuelle PAGANO – Lignes et fils Trilogie des rives 1

Hélène CIXOUS – Incendire Qu’est-ce qu’on emporte – Gallimard 2023 : Poursuite de la découverte de l’oeuvre de Cixous, découverte en 2023. Avec ce texte aller retour entre les grands incendies de la forêt de la Teste de Buch de l’été 2022 et les exterminations des juifs en 39-45.

mes amies, mes enfants, ma mère, me disent qu’on ne peut pas comparer l’extermination des arbres à l’extermination des juifs telle que la peint le grand Ringleblum, témoin des massacres des juifs du ghetto de Varsovie, dans le Brasier Nazi des années d’anéantissement

comme après le Grand Incendie de la Teste de Buch qui a mis en fumées noires et en cendres la plus millénaire la plus grande la plus vierge forêt d’Europe en ce fatal été 22, emportant dans la mort, sans autre tombeau que les vents océans, des centaines de milliers de créatures rôties vivantes, à peine les flammes hautes de cent mètres se sont lassées de leurs danses arrogantes, tandis que le sacrifice le plus spectaculaire jamais offert aux forces d’autodestruction exécutait son dernier acte / il ne restait plus rien qu’un récit

Après l’écoute de cette passionnante émission de la Comédie Française d’hommage à Colette, s’interroger. Reprendre ou ne pas reprendre la lecture de Colette ? Le noter-là pour garder cette idée en mémoire, et attraper dans ma bibliothèque un tome de l’oeuvre de Colette éditée à La Pléïade.

Colette FELLOUS – Le petit foulard de Marguerite D. – Gallimard 2022 – Folio : A partir d’entretiens de Colette Fellous sur Emily L. et d’un petit foulard léopard offert à MD. C’est un gouffre, Emily, m’a dit Marguerite, pour finir. Elle cache son amour. Elle sera morte sans rien en dire. Je crois qu’elle est avant tout un écrivain. Elle aime, elle écrit, dans une même démarche. Emily L., à travers ces mots, je la vois aujourd’hui comme le portrait même de Marguerite. Un gouffre. Qui cache son amour, qui est morte sans rien en dire. Elle est avant tout un écrivain. Elle a aimé, elle a écrit, dans une même démarche.

François BON – Prison – Verdier – 1997 : un livre dans ma bibliothèque, lu après avoir visionné cette vidéo de F BON (insérée ici pour la garder en mémoire).

Si Brulin – à peine croisé avant d’être assassiné dans un squat – est la figure en creux qui soutient le récit, elle laisse à d’autres la charge de dire le désarroi et la rage de ceux que notre monde rejette dès l’enfance aux bords des villes, et dont l’une des premières expériences de jeunesse est la prison.

Reçu (et lu), les quatres premiers tomes de ce projet génial, DIRE SON PEREC en 53 livres de 53 pages par 53 artistes, imaginé par les éditions l’oeil ébloui :

1. 50 choses qu’il ne faut tout de même pas oublier de faire avant de mourir, Jacques Bens & Georges Perec

2. Trajet Perec, Thierry Bodin-Hullin

3. L’espace commence ainsi, François Bon

4. Permutation, Yokna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *